Déploiement du DMP: l'ASIP Santé apporte son soutien à 33 établissements (mise à jour)

DMP | 22 déc. 2011
Afin de stimuler le déploiement du Dossier Médical Personnel (DMP) au sein des établissements de santé, l’Agence des Systèmes d’Information Partagés de santé (ASIP Santé) vient de retenir 33 dossiers dans le cadre de l’appel à projets « DMP en établissement de santé». Cette nouvelle initiative de l’agence témoigne surtout de l’importance qu’elle accorde à la coordination entre médecine de ville et hôpital pour l’amélioration de la prise en charge des patients.

22 décembre 2011 : la réunion de lancement du programme "DMP en établissement de santé" s'est déroulée le 23 novembre dernier. Pour écouter l'enregistrement sonore de cette journée, cliquez ici.

12 décembre 2011
: "La liste des 33 établissements" a été mise à jour avec les nouveaux établissements de santé suivants : 
la Clinique du Pré Saint Gervais - Groupe Orpea Clinea et le Pôle de Médecine Physique et de Réadaptation Saint Hélier".



L’appel à projets « Déploiement du DMP en établissement », publié en juillet dernier, doit servir à accompagner le déploiement du DMP en s’appuyant sur les enseignements du programme « Amorçage », qui avait lui aussi été initié par l’ASIP Santé en 2010 pour tester le DMP et son déploiement dans 4 régions pilotes : l’Alsace, l’Aquitaine, la Franche-Comté et la Picardie.

L’expérience acquise par ces « établissements pilotes », en avance de phase sur le projet, permettent aujourd’hui de guider la mise en place du DMP dans les autres régions. Parmi les premiers constats, on peut souligner l’importance des lieux de création de DMP (photo), et la nécessité d’inscrire la mise en place du DMP comme un réel projet d’établissement, impliquant tous les services.

Cet appel à projets a pour but d’atteindre une « masse critique » de DMP à l’échelle d’un territoire, nécessaire pour lancer une dynamique générale d’utilisation du service. Au cœur du système, les établissements de santé sont en effet des accélérateurs de déploiement en tant que producteurs importants de documents utiles à la coordination des soins, attendus par les professionnels de santé comme par les patients.

Le déploiement du Dossier Médical Personnel (DMP), lancé en janvier 2011 par l’ASIP Santé s’organise en effet progressivement, par territoire géographique et par filières de soins dans un grand nombre de régions françaises. Il bénéficie pour ce faire de l’appui de « maîtrises d’ouvrage régionales » (MOAR), structures chargées de développer et coordonner sur le terrain les initiatives locales dans le champ de la santé électronique (ou « e-santé »). Ces dernières proposent des actions d’information, de formation et d’accompagnement de l’ensemble des acteurs concernés (médecins de ville et hospitaliers, directeurs d’hôpitaux, associations de patients, éditeurs de logiciels, SSII…) pour favoriser l’usage du DMP sur leur territoire.

  • Créé par la loi du 13 août 2004 portant réforme de l’assurance maladie, confirmé par la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires (HPST) de 2009, le DMP est en effet l’outil central d’une politique de modernisation du système de santé qui fait de la coordination des soins le facteur clé d’une meilleure prise en charge du patient. 
  • Se traduisant en outre par la création des Groupements de Coopération Sanitaire (GCS) et l’inscription de la notion de « coopération entre professionnels de santé » dans le code de la santé publique, cette politique publique découle du constat qu’une meilleure coordination des soins, grâce à l’échange dématérialisé de données de santé, apporte des réponses adaptées aux nouveaux défis que doit relever notre système de soins : vieillissement de la population et maintien à domicile, développement des affections de longue durée, démographie médicale sous tension, contexte économique difficile… 
  • Le programme hôpital numérique, piloté par le ministère de la santé , identifie quant à lui la mise en réseau des Systèmes d’Information Hospitaliers (SIH) comme levier de modernisation et de développement, et fait du « dossier patient communiquant » l’un des 5 domaines fonctionnels de ce programme.

D’ailleurs, les premiers éléments de bilan issus du programme « Amorçage » (voir plus haut) mettent en exergue l’impact du DMP comme catalyseur des relations entre établissements de santé et médecins de ville, au travers notamment de rencontres régulières. A ce titre, le DMP joue donc parfaitement son rôle de facilitateur de la coordination des soins, en créant une interdisciplinarité jadis difficile à faire émerger.

Au-delà du développement de la e-santé, la mise en place du DMP constitue donc un véritable enjeu pour tout le secteur hospitalier, car il concrétise l’ouverture de l’hôpital vers la médecine de ville, au service des approches de territoire et des filières de soins. Il est utile tant au praticien en établissement, pour prendre connaissance des informations médicales relatives aux patients adressés par un médecin de ville (antécédents, allergies, traitements en cours, comptes rendus d’examens réalisés en ambulatoire), qu’au médecin de ville qui suit le patient après sa sortie (compte rendu opératoire, d’hospitalisation, d’anesthésie).

De plus, le DMP répond au besoin de partage et d’échanges entre professionnels de santé hospitaliers et de ville, pour le bénéfice des patients qu’ils suivent. Il évite ainsi à l’établissement de mener un projet d’informatisation spécifique de mise en œuvre d’un portail ville-hôpital entre le dossier d’établissement et les cabinets de ville.

Enfin, la capacité de l’établissement à utiliser le DMP constitue un atout dans la qualité de la relation avec la patientèle. En répondant favorablement aux patients qui font la demande de créer ou d’utiliser leur DMP, l’établissement valorise son image dans son environnement.

Pour tous les professionnels de santé, le DMP représente donc un enjeu majeur. Il permet de faire évoluer les pratiques médicales vers une meilleure coordination des soins en favorisant la culture du partage d’informations. L’appel à projets « DMP en établissement » doit stimuler cette évolution, en vue d’améliorer la qualité soins pour tous les usagers.

Documents associés:
Fichiers attachésTaille
DMP en établissement - list of 33 facilities (in French)305.23 KB