Cadre d'interopérabilité: un socle modulaire et évolutif

Interopérabilité | 21 juin 2010
L’interopérabilité est la capacité des systèmes d’information à échanger et à partager entre eux des informations utilisables par les professionnels de santé.
 
Le cadre d’interopérabilité des systèmes d’information de santé spécifie les standards techniques, informatiques et de sécurité à mettre en œuvre pour l’échange ou le partage de données de santé. Il répond à deux objectifs : favoriser le développement des services de partage et d’échange des données personnelles de santé, et créer ou encourager les conditions de l’interopérabilité entre systèmes d’information de santé, dans le respect des exigences de sécurité et de confidentialité.
 
La démarche consiste à définir une stratégie qui garantisse un cadre économique et industriel pérenne. L’application de ce cadre aura en effet des conséquences notables en termes de structuration de l’offre et de développement des solutions appliquées à la e-santé. La standardisation des couches économiques – contenu, services et transport des informations relatives à la santé – permettra aux industriels de concentrer leurs investissements sur la valeur ajoutée métier des systèmes d’information, pour les professionnels de santé comme pour les établissements. Ce socle représente un des éléments fondamentaux de l’apport des systèmes d’information pour la coordination des soins. 
 

Une première version nationale plébiscitée par les partenaires

De juin à septembre 2009 a eu lieu la première phase de concertation publique. Cette collaboration fructueuse a permis l’approbation d’une version 0.1.0 par les principales fédérations représentatives des industriels du secteur : SYNTEC, FEIMA, LESISS, SNITEM et ASINHPA. La version 0.1.0, publiée le 2 octobre, comprenait trois volets de contenu, deux de services et un de transport. 
 

Un développement progressif

Une nouvelle version 0.1.1 a été publiée le 25 février 2010. Elle enrichit la couche services d’un volet « Gestion de dossier patient partagé » et la couche contenu de deux nouveaux volets « Modèles de contenu CDA », « Compte rendu d’examens biologiques ». Enfin, elle finalise le volet « Fiches de patient à risques en cardiologie » approuvé par l’UFCV. Le volet « Compte rendu d’examens biologiques est soumis à concertation.
De nouveaux axes viendront enrichir ce cadre pendant les phases de concertation avec les industriels, pour aboutir à la version 1.0.0 du cadre d’interopérabilité au troisième trimestre 2010. Les projets territoriaux bénéficieront ainsi d’un socle de spécifications stables et précises, qui trouvera une application concrète pour la première version du Dossier Médical Personnel (DMP).